Творчество Жизнен път Ботевата чета Галерия Библиография Контакти Конкурс за химн
Поезия | Публицистика | Издателска дейност | Преводаческа дейност | Философски и политически възгледи | Преводи
 
Начало

E-mail

Карта на сайта

Принт
 

Elégie

Dis-moi, pauvre peuple au berceau,
Peuple esclave, qui donc te berce?
Est-ce celui qui autrefois perça
Le flanc du Sauveur sur la croix?
Ou celui qui te chante depuis tant d'années:
"Si tu supportes tout, tu sauveras ton âme."

Si ce n'est lui, c'est son semblable,
Un fils de Loyola, un frère de Judas,
Traître et menteur, cruel annonciateur
De nouvelles souffrances pour les pauvres gens,
Un Kirdjali, saisi d'une folie nouvelle,
Il a vendu son frère, il a tué son père.

Est-ce lui, réponds-moi... Mais le peuple se tait.
Rien que le bruit des chaînes! nulle voix ne monte
D'entre elles pour clamer l'espoir, la liberté.
Le peuple renforgné se borne à désigner
La horde des élus, un ramassis de brutes,
Privilégiés qui ont des yeux pour n'y point voir.

Le peuple les désigne et la sueur sanglante
De son front tombe sur la pierre du sépulcre.
La croix s'enfonce en plein milieu de sa chair vive
Et la rouille ronge ses os.
On dirait qu'un vampire prend la vie du peuple;
Le traître à l'étranger s'unit pour le festin.

Le pauvre esclave endure tout - et nous,
Sans honte et en silence, nous comptons les jours.
Le temps passe et toujours, le joug pèse à nos cous,
Et le peuple traîne ses chaînes.
Serions-nous pleins de foi pour la tribu des brutes,
Puisque nous attendons notre tour d'être libres?

Poems

To My Mother

To My Brother

Sharing the Spoils

Hadzhi Dimitar

The Hanging of Vasil Levski

Poésies

A ma mère

A mon frère

Elégie

A mon premier amour

Adieux 1868

Les Haïdouks

Rapt d'une jeune fille consentante

La lutte

Le retour du pelè rin

La Saint-Georges

Le patriote

Hadji Dimitre

Dans la taverne

Ma prière

L'orage

La pendaison de Vassil Levski

Стихотворения

На прощанье в 1868 г.

Гайдуки (Отец и сын)

Борьба

Хаджи Димитр

Казнь Васила Левского

 
   Топ 100